2017 Le Passager du Gué

 

 

QUÉAUX ÉTÉ 2017  « LE PASSAGER DU GUÉ » 

21740011_10208542584636144_6221846537590669852_nPassion quand tu nous tiens, tu nous mènes par le bout du nez !

Et me revoilà à Queaux cet été 2017… C’est sur la rive de la Vienne à Queaux, au passage dit « du gué » à l’aire de Loisirs de « Chez Renard », inspirés par la nature environnante, que nous installons le public.

D’une rive à l’autre, cette création : « Le Passager du Gué » est librement adaptée du texte « Le Paquet » de Philippe Claudel.

https://letheatredulavoir.fr/

L’histoire de ce personnage nous conduit sur les rives de son histoire, comme tous les personnages qui l’entourent, ils semblent échouer sur le rivage. Sa rive est dépeinte avec humour, nostalgie. Gonflé d’un égo démesuré, il joue les golden boy ayant réussi à gravir les échelons de la société. Il fanfaronne tel le clown qui quelques pas plus loin se casse la figure, pinçant sa joue, le visage contrit. Quelque chose cloche dans sa tête. Carambolage de souvenirs et ce paquet (tapis géant saucissonné avec de la corde), quel mystère renferme-t-il ? Sur ces temps de tension euphorique et de dégringolade sont apparus en même temps que lui, venu d’ailleurs, des personnages.    Les pistes sont brouillées : qui sont-ils ? Ses très nombreux amis, l’idée du fantôme de sa femme, de ses compagnons de chambrée, de ses nombreux amis et collègues de travail… tout s’estompe peu à peu. Accompagnant la gestuelle de l’homme, les personnages qui l’entourent révèlent comme une caisse de résonance, la « conscience » de ce conte. La mise en scène nous entraîne dans des montagnes russes, empruntant les chemins de la trivialité comme ceux de la poésie.

Je reste totalement comblé et ému d’avoir retrouvé le public qui me fut fidèle toutes ces années passées. Du Poitou, de Valence, de Paris, de Renne ou de Marseille, notre aventure a provoquée la venue d’amis que je n’osais imaginer autrement que dans mon rêve !

Sur notre site « letheatredulavoir.fr » vous pourrez découvrir les très forts et nombreux témoignages de notre public.

 Anne Klippstiehl, comédienne metteur en scène et auteure, m’écrit ce témoignage personnel.

Bonjour Jean-Marie,

J’ai laissé passer beaucoup de temps, mais je souhaitais t’écrire, comme je te l’avais dit, au sujet de ton spectacle. Et comme j’y pensais ce matin… Sacha m’a dit que tu affirmais que ce serait le dernier ? Si c’est le cas, ou s’il clôt une époque, je vois dans l’entreprise de ton spectacle un peu le reflet de ce que je sais et de ce que j’ai pu comprendre de toi et de ton histoire théâtrale.

Ces images d’eau, ces barques, ce moment hors du temps, qui m’ont fait voyager, dans tes paysages d’enfance, mais aussi m’ont emmenées au bord de nuits vénitiennes, secrètes, sombres et noires, qui s’illuminent au moment d’accoster sur les quais de palais somptueux, d’où la lumière jaillit,  et le « mystère » (dans le sens théâtral du terme), la fête, seraient ma vision de la représentation comme je l’ai vécue.

J’ai eu le sentiment que ton plaisir était tout rabelaisien, réunir ces personnes à nouveau, leur donner leur moment, comme un rêve pour chacun, un moment intense de plaisir dont ils ne pourront que se souvenir, comme d’une madeleine de Proust, avec l’exaltation que permet la création et le partage avec un public si dense, si présent, pour eux, pour toi, pour tes « fêtes théâtrales ».

Et puis ce monologue qui traverse, -un autre rêve?-, mais beaucoup plus sombre, incarné par quelqu’un qui pourrait être toi, qui s’interroge sur la vanité des espoirs, des rêves, sur le mensonge, sur des thèmes qui pourraient trouver leur résonance dans cette phrase de Calderón, « La vie est-elle un songe »? et le monde est-il un théâtre d’illusions ?

Dans ce spectacle, il me semble, tu as réuni ceux que tu aimes, tu t’ai entouré de tes proches, l’hétéroclisme apparent de ces chevauchements a montré la complexité de ce qui te fonde, et la profondeur de tes aspirations. Réussir cela, oser cela, c’est aboutir quelque chose de profond qui parle juste. A ton endroit. C’est certainement un acte de courage intense, puis un accomplissement. Et enfin un apaisement.

Cela montre à quel point, il y a des moments justes pour faire certaines choses, qui arrivent comme des surprises, parce qu’on ne les attend pas, parce que l’on attend rien. Cela me fait penser à la phrase de Beckett, « Essayer encore. Rater encore. Rater mieux »… etc, jusqu’au moment peut-être où l’on décide qu’enfin, on y est.Voilà, Jean-Marie. Bien à toi,

Merci Anne. Je n’ai rien à ajouter à ce regard profond et juste. Jean Marie

 

 (I) 21h00 Les échos du «Passager»

Cela a commencé avec la lune montante qui allait étendre son voile semé d’étoiles…

Dans l’attente du mystère annoncé, les nuits d’été

étaient calmes et douces tant elles éteignaient bien la rumeur du public, tant elle allaient accompagner le passager… 

21369620_10208515571600835_735679360293144669_n21430507_10208515573120873_9069237071623323455_n21369402_10208515572800865_7594570908248448728_n

 

 

 

 

 (II) 21h00 (suite) Les échos du «Passager»

En régie, les pupitres s’allument… Effervescence, exaltation, émotion, émoi, trouble ou fébrilité… des cœurs battent en coulisse. Ils s’abandonnent aux fards, accordent leurs voix ou leurs instruments, revêtent leurs personnages en enfilant leurs costumes, rejoignent leurs embarcations…

 21430559_10208522652257847_6101378978012146592_n 21462811_10208522700859062_2606435974482501377_n 21462385_10208522652697858_76788448744980636_n 21371028_10208522652897863_58806739882478934_n 21432952_10208522654537904_717648243268468806_n 21430411_10208522653217871_1763995200369393072_n 21371211_10208522654377900_3752478925338893332_n 21558593_10208522655057917_291654431392287018_n 21430591_10208522657377975_7007098971068006041_n21558612_10208522655177920_6314195572604819094_n 21371152_10208522656177945_3102280344895406736_n 21463250_10208522656777960_6306249518078540878_n 21462296_10208522701459077_8456213998794680683_n21371404_10208522657457977_5872848043080902263_n 21557797_10208539142310088_5438440012611102317_n 21371354_10208522700339049_8529954512680211708_n
21370883_10208525291443825_1962944273365656356_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

211

 

 

 

 

 

 

 21h30 Apparaissent Jupiter, Mars, Saturne et Vénus l’étoile du berger, guides de nos passagers 

 

 

 

(III) 21h30 (suite) Les échos du « Passager »

Les allumeurs de photophores dessinent avec des balises flottantes un chenal sur la rivière. Ce couloir lumineux est le repère la nuit pour les embarcations, afin qu’elles n’échouent pas sur une rive hostile ou sur les rochers… À ce moment du soir, le calme presque total s’est installé, la rivière semble dormir, en toile de fond l’autre rive sauvage bordée d’arbres, seule une habitation au loin donne un signe de vie.

Devant les spectateurs, la scène s’étale jusqu’à la berge d’herbes folles. Coté « jardin », un rocher et un quai sur l’eau. Coté « Cour », une plate forme prolonge la rive.

La salle s’éteint, moi homme orchestre de cette scène après quelques mots d’accueil au public, je ressens la nécessité de le rassurer. Ils allaient être cette nuit d’été, les invités ou témoins d’un monologue interprété par 40 comédiens ! Pas très commun ! non ! (à suivre)

21371262_10208533316404444_2778481009375556094_n 

21432699_10208535596221438_1813543936397154255_n

 

 

 

jms 1

 

 

 

 

 

21h45 :

IV) 21h40 (suite) Les échos du « Passager »

« Avant, tout était pas comme aujourd’hui ! »

« Vigipirate » !

Les deux vigiles de service ont assurés la sécurité ambiante… Relaxe ; au Talki Walki, nos deux compères vigiles devisent à propos de réglage de chaudière et de luxuriance !

 

Quéaux disaient les anciens était le pays des sorciers ! (sourciers!)

La légende dit que depuis la révolution, dans la nuit de la Saint Jérôme, les cloches de L’abbaye des Cordelliers disparues dans la rivière sonnent à minuit !

Il se dit qu’il y a des fantômes dans un château du village !

C’est l’heure de la naïade blanche…

« Parmi les joncs penchants, j’ai cru voir une fée… »

Regardez biens petits

 Regardez biens amis

Sur la plaine là-bas

À hauteur des roseaux

Entre ciel et moulins

Y a un homme qui vient

Que je ne connais pas…

21462507_10208536970215787_5578535992319880680_n 21371405_10208536974695899_7249661109318368995_n-1 21462563_10208536974615897_4521889169316587466_n 21462596_10208536971935830_8219971507748896344_n 21557928_10208536972895854_5018196785211709981_n 21463287_10208536973095859_2234860206342317512_n 21617859_10208536973335865_8215332310352180160_n 21557554_10208536974735900_5001526538595102453_n-1 _DSC0579 _DSC0580 _DSC0586 _DSC0590 _DSC0592

 

(

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(V) 21h55 (suite) Les échos du « Passager »

« J’arrive me réfugier ici … Après quatre jours de courses effréné dans ce qui fut mon royaume, » la mère Ubu…

_DSC0595

 

21728239_10208542554355387_1955673406825098651_n

21751370_10208542657397963_695356064670268827_n

 

 

 

 

 

IMG_3213

 

21728527_10208542556435439_1483881787296205320_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22h (suite) Les échos du « Passager »

Du rivage les cornes de brume appellent. Au loin, une corne de brume répond, on distingue des embarcations.

« Ils arrivent »Viens voir les musiciens voir les comédiens, ils arrivent…

Un radeau accoste chargé d’une carriole et de musiciens.

Des canots arrimés au bout du quai, descendent des comédiens.

Ils s’installent… (à suivre)

 

 

  21743139_10208542663078105_1179337658478609416_n_DSC0600_DSC059921731198_10208542564555642_2891326578602471969_n21740011_10208542584636144_6221846537590669852_n21752234_10208542575755922_1683208466430538475_n21728066_10208542636197433_6228580316573263495_n21743333_10208542577835974_5730445505384178267_n21742962_10208545488708744_345092855272914853_n21764799_10208542673518366_6393009480639928010_nIMG_3223
IMG_3227


IMG_3234
IMG_3236
_DSC0609
_DSC0614
_DSC0602
_DSC0635

    

 

 

 

 

 

 

 

(VI) 22h15 (suite) Les échos du « Passager »

Ne pas oublier les passagers de « l’aller sans retour »… J’ai tué le désir de mon avenir… J’ai jeté un regard sur l’autre rive… nous y sommes. (à suivre)

21740216_10208545405746670_7839296409688571706_n IMG_3241IMG_3244IMG_3245_DSC064321727970_10208545387986226_3184218272212229126_n 21728014_10208545402746595_1862050720473990304_n 21730842_10208545401186556_3532898902862177108_n 21743013_10208545382426087_3504801441926423257_n 21761938_10208545396226432_164036057968550906_nIMG_3246 IMG_3248
IMG_3251


_DSC0648
_DSC0651

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(VII) 22h20 (suite) Les échos du « Passager »

Devant ce rideau, plus fou que les fous sont les sages, plus sages que les sages sont fous… L’ancien roi d’Aragon se hâte vers son bain… Parcourir à loisirs les magnifiques formes de la géante… Sandrine digne fille … Deux plongeuses avec palmes et tubas recherchent Albert. «Chaque fois que j’accostais quelque part, j’imaginais déjà un autre part que ce quelque part où jeter l’ancre… « (à suivre)

 

21731364_10208551492818843_1797822447378792395_n-1 21731064_10208551414736891_2314305085219169452_n-1 21752445_10208551386816193_6165346582120934179_n-1 21743308_10208551413176852_1899687818846794521_n-1 21730796_10208551465178152_8377011235846803657_n-1 21728037_10208551466778192_2804388643140272427_n-1 21731377_10208551386216178_6575121160512411562_n-1 21740247_10208553547230202_7558769897399724153_n-1 21731316_10208553515109399_6198523533552952788_n-1 21743191_10208553515229402_7659309266795702993_n-1 21731171_10208553558390481_248015744356252653_n-1 21752214_10208551383656114_3540688958925816103_n-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (VIII) 22h30 (suite) Les échos du « Passager »

Il arrive, mais de quel ailleurs ? Échoué là, avec son paquet « le Passager » en toute familiarité et confidence entre en conversation avec le public.

… Je ne suis pas seul. Ne croyez pas ça Non, Non !

…J’ai beaucoup d’amis…

…Comment faites vous caporal pour être aimé ainsi de toute la chambrée ? Moi, je suis habitué mon lieutenant, tout petit déjà !…

…Moi, j’aurais bien fait deux ans trois ans de service militaire…

Trente pompes et répéter la phrase :

« Brigitte Bardot est trop belle pour moi J’suis trop con pour la baiser ! »

 

21743335_10208558320069520_83288550163137277_n-1 21731188_10208558201186548_6820948547245810965_n-1 21730909_10208558215146897_4198999147964174439_n-1 21764749_10208558175865915_2758023285419008055_n-1 21740004_10208558175945917_6469743173928833486_n-1 21752201_10208558197626459_6414332740671699614_n-2 21761741_10208558260548032_5090477136730256233_n-1 21728548_10208558197666460_6472574438571915261_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(IX) 22h45 (suite) Les échos du « Passager »

Vous voulez que je vous parle de ma femme ?

Et bien un jour tandis que j’étais en transit en France et que je faisais mon tiercé chez Jeannot… Le bar tabac qui est au numéro 23 de la rue des deux gares à Saint-Ouen, elle est entrée et elle m’a vu. (à suivre)

 21731027_10208564539625005_2557671476269698587_n-1 21740167_10208564482783584_4327930508744136946_n-1 21751825_10208564483543603_4182505927252792797_n-1 21740706_10208564484183619_4624015574454492631_n-1 21761999_10208564484223620_7780102557243039875_n-1 21730984_10208564485623655_1005333252524605686_n-1 21730975_10208564486343673_3069814487059096384_n-1 21752070_10208564512624330_6872121467586935529_n-1 21728491_10208564522864586_361506771877125372_n-1 21728182_10208564522704582_635868837793846209_n-1 21740700_10208564529264746_1812140697890838733_n-1 21751551_10208564529424750_6484643189747566050_n-1 21740294_10208564541385049_3369996191177622703_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(X) 23h (suite) Les échos du « Passager »

_Nous ne sommes rien,

Nous ne sommes que des égarés…

Nous implorons, mais en vain. En vain…

C’est terrible de savoir, et de se souvenir…

_Non ! Non ! Non ! Non ! Non !!!

Je cherche un être à envahir

Montagne de fluide, paquet divin, …

_Nous manquons d’arbitres. Il en faudrait partout, partout…

_Autrefois pour faire sa cour

On parlait d’amour…

Aujourd’hui c’est plus pareil

Ça change, ça change… (à suivre)

21558947_10208581838937477_4395144138889970462_n-2 21751428_10208581777375938_5393550652521482389_n-1 21616513_10208581832057305_1067076449747894787_n-1 21616275_10208581778735972_9005893578543983983_n-2 18301889_10208581778855975_5642335106930910577_n-1 21617801_10208581824217109_1654042043373927834_n-1 21559051_10208581804216609_3742446513571513456_n-1 21743292_10208581777335937_7396787767348294103_n-1 21557832_10208581824057105_9025728188649233114_n-1 21557599_10208581825777148_7508865375589366437_n-1 21752390_10208581844297611_8878412201044685591_n-1 21762218_10208581826457165_1178803105219413226_n-1 21617964_10208581837297436_3311289453398969448_n-1 21616432_10208581837657445_8843529847238951626_n-1 21617599_10208582089623744_553160158080264143_n-1 21616316_10208582090063755_1720701522530762538_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (XI) 23h20 (suite) Les échos du « Passager »

_C’était moi le bébé. On grandit vite !…

_L’important c’est de découvrir qui nous sommes vraiment…

_Je m’appelle Irma Lambert, je suis de Fursac…

_Il est bon de savoir que sur un rivage, ou une forêt du monde il existe là bas, il est une cabane où quelque chose est possible, situé pas trop loin du bonheur de vivre… (à suivre)

 

21558652_10208586407011676_3422669492283749372_n-1 21616547_10208586468013201_3519425546401383948_n-1 21558806_10208586433892348_2477216435193566615_n-1 21557964_10208586340410011_2991758581526580765_n-1 21558850_10208586476013401_1077244496517209494_n-1 21559065_10208586449652742_1505439251736544617_n-1 21617940_10208586478653467_7368565177210328787_n-1 21617479_10208586478893473_7774278791093580240_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (XII) 23h40 (suite) Les échos du « Passager »

_C’est un bon moment le samedi matin, je m’allonge. Il règne dans le cabinet de Roger Freud un étrange silence, comme une sorte de pensée reptilienne, du repli, une sorte d’ approfondissement métaphysique du forage, un outil thérapeutique et amnésique à la fois et tout cela baigné par une forte odeur de f…e f….e et de p…s.
_La griserie des chefs d’œuvre qui vous bouleverse la composition sanguine et vous exagère les sens, parce que quoi ? Georges, quoi ? Il avait juste une petite b…….n pour moi, une fierté de la v…e, un élan, une chaleur des r…s, pas plus…

21761354_10208596118614460_1532493443662833068_n-1 21559008_10208593224302104_2681061431333185695_n-1 21687774_10208593224142100_730066602614998063_n-1 21728234_10208593224102099_4688218924930474418_n-1 21617537_10208593250382756_5805392355799638850_n-1 21761777_10208593277583436_8506356868819265416_n-1 21752473_10208593332864818_5458902195033352443_n-1 21751904_10208593334784866_8228715068087323932_n-1 21617724_10208593250022747_3419034341175473164_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(XIII) 24h… Minuit (suite) Les échos du « Passager »

_ Le « parachute doré » ! Vous connaissez ? …

_Nous n’avions même pas eu la force de nous embrasser avant d’éteindre la lumière ce soir-là…

_Ah ! Si tu savais, si tu voulais… J’ai un pavillon sur un promontoire au milieu d’un isthme entre deux océans… Comment ! tu me méprises ? Alors adieu !

_J’ai cessé d’avoir une sexualité. Cela m’encombrait plus qu’autre chose… Je me suis rendu compte que je suivais une mode, pas un désir…

 21687655_10208598885923641_1338032103567191830_n-1 21686200_10208598933604833_6172021422818387593_n-1 21686200_10208598933604833_6172021422818387593_n-2 21687764_10208598933564832_7795787733912899113_n-1 21463398_10208598881563532_2151117480908134164_n-1 21752460_10208598881083520_4787647249768746391_n-1 21616358_10208598882323551_1999411878755427483_n-1 21686196_10208598890003743_3440095291212782143_n-1 21761594_10208598889923741_1640017897899520598_n-1 21686208_10208598891043769_7490588695362729711_n-1 21685949_10208598897963942_7133929501785984116_n-1 21617751_10208598897563932_7298143678944559962_n-1 21617751_10208598897563932_7298143678944559962_n-2 21617884_10208598911684285_7372245167388392312_n-1 21463130_10208598921484530_274928209141430852_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (XIV) Minuit 10mn (suite) Les échos du « Passager »

_ Je n’ai conservé que cela…

« La fin justifie les moyens, moi je n’ai pas les moyens de ma faim… c’était écrit de façon minuscule…

_ Soudain dans la fête se détache le sourire d’un forain…

Spasme, démence, fougue..

Sandrine dort fillette…

_ Voilà un an que je cherche…

_ Social dénominateur commun… SDF

22007502_10208606125824634_5474912791163090371_n-2 21752334_10208606100423999_6062052520577519666_n-1 21764719_10208605944100091_6994680296332395525_n-1 21761864_10208606113264320_8136669439669915910_n-1 21761684_10208606100504001_2642219918726217708_n-1 21766666_10208606179905986_1525204297901326577_n-1 21687857_10208605943980088_4848383947126558401_n-1 21766813_10208606188826209_6465508505818875465_n-1 21761774_10208606172785808_8145909294973189819_n-1 22007898_10208606123504576_73627632775231387_n-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (XV) Minuit 20 mn (suite) Les échos du « Passager »

Le spectacle avait commencé par la naïade, telle la belle Ophélie, elle jeta un regard sur le rivage en remontant à contre courant.

_ Débarquent : Une intrigante traquée s’accroche à son trésor. Des exilés à la recherche d’un autre monde. Une carriole sur un radeau, des comédiens sur des barques s’installent pour nous jouer, nous amuser, nous séduire et interpeler, nous concerner, aimer ou détester… Un étrange passager débarque…

_Le spectacle se termine par cet homme isolé, que l’on ne connaît pas, il nous jette un dernier regard se laisse emporter par le courant, dans le silence, le grand silence… FIN

 

21752314_10208618856542894_9012585484573576705_n-1 22045698_10208622243067555_3372959300836050580_n-1 21766791_10208618924624596_9072739198387261439_n-1 21762162_10208622219426964_3389380333401066502_n-1 21766727_10208619151390265_8095186926827392697_n-1 21768004_10208622216746897_7475838316619209543_n-1 21766355_10208622215186858_625056599296704122_n-1 22045819_10208622245227609_2034083327659209806_n-1 21765121_10208622248627694_7905840092093835642_n-1 22007788_10208622251267760_1087790700073231016_n-1 22007788_10208618925384615_1107896854974471613_n-1 21765021_10208622253027804_7565454121227374707_n-1 21764976_10208619080948504_739033618269509363_n-1 22046160_10208618926464642_7169481057054153316_n-1

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos de Jean-Jacques Godefroid, Michel et Arlette bonté, Luc Mézière, Julien Lefer, Sophie Guy, Dominique Bercier, Jean Marie Sillard…